Critères de choix d’un objectif photo

Ces derniers temps pas mal de personnes me sollicitent afin de les éclairer dans leur choix d’un objectif photo. Lorsque l’on achète un appareil photo reflex, il vaut mieux choisir une optique en particulier lorsque le boitier est vendu « nu ». Pour le néophyte ou le photographe occasionnel, acheter un reflex « en kit » (boitier + objectif) peut s’avérer le plus judicieux. Mais si on s’intéresse un peu plus aux objectifs, sur quels critères devrait-on s’appuyer afin de choisir son optique ?

Pourquoi choisir une optique

Les objectifs « imposés » lors d’un achat en kit ne correspondent pas toujours à notre utilisation. Certains veulent faire de la photo sportive, d’autres du studio, de la photo de concert ou de nuit, alors que beaucoup souhaitent simplement améliorer leur rendu. Le choix d’une optique est très important car vous aurez beau avoir un excellent boitier reflex, si l’objectif est de piètre qualité vous serez toujours frustré du rendu qu’a votre voisin avec son boitier d’entrée de gamme sur lequel il aura monté un super objectif… J’ai expérimenté moi-même de nombreuses optiques sur de nombreux boitiers différents et j’insiste sur le fait qu’il ne faut surtout pas négliger les objectifs. J’irai même jusqu’à dire qu’il faut d’abord choisir son optique, puis le boitier.

Quel objectif choisir

Il faut déjà se poser LA bonne question : quel genre de photo je souhaite faire ?

Avant toute chose, je vous invite à vous remémorer quelques bases techniques comme l’ouverture du diaphragme, la focale.

Nikon AF-S VR 70-200mm f/2.8 G

On choisit une optique en fonction de ce que l’on souhaite faire, son utilisation.

Quelques pistes de choix :

  • la distance de mes sujets : s’ils sont proches, prendre des focales courtes. S’ils sont éloignés, prendre des longues focales.
  • je fais des photos d’intérieur en faible luminosité, mais je souhaite éviter le flash : choisir une optique « lumineuse », ie à grande ouverture (f/2.8, f/1.8, f/1.4 voire mieux)
  • je voudrais faire des photos d’intérieur ou d’extérieur, mais je souhaite mettre en valeur mon sujet en floutant le fond : idem, prendre une optique à grande ouverture
  • j’aimerais photographier la nature, les animaux… ou faire de la photo sportive : prendre une longue focale stabilisée (200mm, 400mm…) si possible à grande ouverture
  • je fais toutes sortes de photos : prendre un zoom polyvalent par exemple un 18-55mm. Plus l’ouverture sera grande, mieux ce sera. S’il est stabilisé c’est un plus mais ce sera souvent au détriment de l’ouverture.
  • je veux faire du studio : choisir une optique de qualité offrant par exemple un excellent « piqué », le moins de déformation possible, le moins d’aberrations chromatiques, pas de vignettage…
  • je veux juste la meilleure qualité possible : prendre des focales fixes qui offrent une ouverture très grande et qui sont souvent stabilisées à grande focale. Pour plus de détails, jetez un oeil à ce billet.

Fisheye zoom grand angle Canon 8-15mm f/4L USM

Rien ne vous empêche ensuite de vous amuser avec des objectifs un peu particuliers comme un « fish-eye » ceux à décentrement. Vous pouvez aussi utiliser des bagues d’adaptation afin d’utiliser de vieux objectifs, ou des objectifs d’autres marques…

Quelle qualité choisir, sur quels critères se baser ?

Il faut simplement se renseigner sur :

  • la marque : peu importe la marque, on trouve de tout. Du très bon, comme du mauvais. Chez Canon, si vous souhaitez le top du top dirigez-vous vers la série L (Luxury) facilement reconnaissable grace à la bague rouge.
  • la focale ou la plage de focales que couvre l’objectif comme par exemple : 16-35mm (zoom grand angle), 18-55mm (zoom standard), 70-200mm (téléobjectif), 50mm (focale fixe) etc.
  • l’ouverture : f/3.5-6.3 (ouverture variable en fonction de la focale), f/2.8 (ouverture fixe, peu importe la focale), f/1.4 etc.
  • le piqué : c’est un peu le niveau de détails que permet l’optique, sa « résolution ». On peut parler de « pouvoir séparateur« . Cette caractéristique varie en fonction de l’ouverture du diaphragme. Nul ne sert d’avoir un excellent boitier avec un capteur de 18mp si l’objectif n’arrive pas à suivre. D’où l’intérêt de choisir d’abord son optique puis son boitier par exemple.
  • la technologie de mise au point : il y a énormément de dénominations. Vous aurez des acronymes du genre « USM » (UltraSonic chez Canon), « SWM » (Nikon), « USD/PZD » (Tamron), « HSM » (Sigma), « SSM » (Sony) etc. Certaines technologies permettent de retoucher le point manuellement après que la mise au point a été faite par l’appareil.
  • les déformations : cela survient le plus souvent en grand angle à ouverture maximale. De nos jours, des logiciels comme Adobe Lightroom, DxO Optics Pro… corrigent les déformations.
  • le vignettage : ce phénomène arrive plus souvent sur des boitiers de type Full-Frame. Il s’agit d’un assombrissement des bordures et coins des images. C’est corrigé par exemple avec LightRoom, DxO Optics Pro
  • les aberrations chromatiques : ce sont des apparitions de franges colorées plutôt mauves quand il y a des bords à forts contrastes (des branches d’arbres sombres avec un ciel très clair derrière). Cela survient surtout à grande ouverture et c’est plus ou moins corrigible.
  • la qualité de construction
  • l’étanchéité
  • les accessoires fournis (pare-soleil, housse…)

Tamron zoom standard 17-50mm monture Canon

Retrouvez un excellent article en anglais vous expliquant comment tester un objectif : http://www.canonrumors.com/how-to-test-a-lens/

Stabilisé ou pas ?

La stabilisation n’est utile que lorsque la focale est longue (grand zoom), quand on est soi-même remué ou quand on ne peut pas avoir une vitesse d’obturation rapide car il fait trop sombre par exemple. Plus on zoome, plus nos tremblements se voient provoquant un risque d’images floues. Le stabilisateur est souvent inutile lorsque :

  • le sujet est en mouvement et que l’on a ralenti la vitesse d’obturation car on manque de lumière. Par exemple prendre en photo un oiseau en plein vol en fin de journée : si vous ne déclenchez pas assez rapidement votre oiseau sera flou alors que le fond pourrait être net grace au stabilisateur
  • vous utilisez un trépied stable : dans ce cas désactiver le stabilisateur au risque d’avoir des photos légèrement floues. En effet, le stabilisateur cherchera constamment à faire des ajustements même lorsque l’objectif est stable.

Personnellement je préfère privilégier l’ouverture à la stabilisation. L’ouverture permet de réduire la profondeur de champ en plus de réduire le temps d’obturation en laissant entrer davantage de lumière. Les objectifs stabilisés bien souvent ne permettent pas une grande ouverture (ou sinon il faut payer très cher). Depuis que je n’ai plus aucun objectif stabilisé, jamais cela ne m’a manqué quasiment.

Canon téléobjectif 70-200mm f/2.8 L

Quel est mon budget ?

Il faut bien comprendre qu’un objectif photo coûte très cher, parfois bien plus cher que le boitier reflex. Le prix est toujours en fonction de la qualité de l’objectif. Mais attention, une focale fixe est bien souvent moins chère qu’un zoom en offrant un rendu supérieur. Certains préféreront avoir 2 focales fixes peu encombrantes pour pas trop cher plutôt qu’un gros zoom beaucoup plus cher ne permettant pas d’obtenir un rendu équivalent.

Chez Canon, vous aurez un très large choix d’objectifs. Bien entendu, d’autres marques fabriquent des objectifs pour boitiers Canon moins onéreux : Sigma, Tamron, Tokina, etc. Chez les autres fabricants, c’est similaire notamment pour Nikon. A vous de voir en fonction de votre budget ce dont vous pourrez vous permettre.

Nikon Objectif 50mm f1.4 G AF-S Nikkor (focale fixe)

L’objectif, et ensuite ?

Maintenant que vous avez votre bel objectif, apprivoisez-le ! Si vous êtes un peu comme moi, vous prendrez certainement un filtre UV au diamètre adapté afin de protéger votre optique. Il est important d’en prendre un de bonne qualité pour ne pas trop perdre en luminosité et en piqué. Je ne suis pas super certain de l’efficacité d’un filtre UV quant à la filtration des UV et l’impact que cela a sur vos photos. En revanche, si vous souhaitez vous amuser, prenez un filtre polarisant ! Ce dernier vous permettra de réduire visiblement les reflets sur les surfaces réfléchissantes en plus d’intensifier naturellement les couleurs… Vous perdrez en luminosité ceci dit. Tentez ensuite un filtre ND…

Enfin, comprenez bien qu’un objectif est un investissement à long terme contrairement aux boitiers. Prenez du temps afin de bien choisir ce qui vous conviendra au mieux. N’investissez pas sachant qu’un jour vous changerez de marque, vous y perdrez beaucoup. Je vous invite même à voir ce qui se fait chez les autres marques de boitiers avant de vous lancer dans quelconque achat 😉

Comments

comments

Articles relatifs

Vous aimerez également...