[TECH] La photo strobiste

[SUITE A UN PIRATAGE les images n’apparaissent plus, je vais rétablir cela dès que possible !]

Enfin un billet technique, il est temps de reprendre ! Pour ceux qui souhaitent en savoir davantage quant à mes techniques je vais vous parler de ce fameux mouvement « strobiste » que l’on peut mêler à la lumière naturelle. La photographie strobiste signifie que l’on photographie avec une lumière artificielle déportée, rien ne vous empêche de multiplier les sources lumineuses ! On utilise en général des flashs de type cobra.

Softbox Linkstar Lovinpix

J’en suis arrivé à cette technique après des débuts difficiles en photographie extérieure : je ne réussissais jamais à appréhender la lumière afin d’avoir un rendu intéressant, du moins avec une valeur ajoutée pour moi. En extérieur on n’est pas en conditions studio avec des lumières maîtrisées… surtout à Paris où le temps gris aplati clairement vos rendus.

Equipement

S’équiper est peu onéreux : un tour sur le partenaire Lovinpix vous permettra de vous équiper à condition de savoir quoi acheter !

Pour commencer, il vous faudra au moins un flash manuel (de type Cobra) comme le Yongnuo YN560 II. Il vous faudra ensuite des déclencheurs de flash à distancehttp://www.lovinpix.com/fr/124-declencheurs-de-flash-sans-fil-2-4ghz. Ce sont de petits boitiers que l’on fixe sur le reflex (émetteur) et sur le flash (récepteur) qu’on souhaite déclencher. Les 2 boitiers communiquent via ondes radio, en général du 2,4Ghz (comme le Wifi). Il y a peu d’interférences, vous avez en général possibilité de choisir un canal parmi 16.

[DEBALLAGE] Cactus V5 (Gadget Infinity)
Ce qui est très intéressant c’est de pouvoir avoir plusieurs émetteurs pour déclencher les mêmes flashs, pratique quand on est avec quelques potes photographes 😉
N’hésitez pas à me consulter pour en savoir plus concernant les compatibilités en fonction de votre boitier reflex et du flash que vous aurez 🙂

Rien qu’avec cette base il est déjà possible de faire d’excellentes choses tout en voyageant très léger.

Pour ceux qui souhaitent investir davantage, vous pourrez tout à fait penser à :

  • des stands : afin d’y fixer vos sources de lumière (attention aux fixations, il faut que votre flash ou déclencheur sans fil puisse s’y fixer)
  • des parapluies : j’ai une nette préférence pour les parapluies blancs translucides qui sont très peu chers, légers, compacts et dont le rendu est vraiment bluffant. Il vous faudra une tête qui vous permettra de monter le flash cobra + le parapluie. En général ce genre de tête se monte sur un stand.
  • des sacoches
c’est personnellement ce que j’utilise la plupart du temps. Pas si énorme que ça, si ?
Continue Reading

[TECH] Piles rechargeables Eneloop (Sanyo)

Cela fait depuis 2009 que j’utilise des piles rechargeables Eneloop du fabricant Sanyo, notamment réputées pour leur capacité à conserver leur charge même après des années. J’avais à l’époque fait le tour des fabricants qui promettaient « 2500mAh » voire jusqu’à « 2700mAh » sur leurs piles rechargeables. De telles performances sur le papier sont alléchantes, surtout quand on a besoin d’énergie avec des flashs strobistes 😉

Avec le temps et l’utilisation, seules les batteries Eneloop ont démontré leur fiabilité : toujours opérationnelles, même après une longue période de non utilisation ou d’utilisation intensive. Les autres batteries sont mortes très rapidement (2 mois) ou perdaient leur charge au bout d’une semaine. Vous passez alors pour un rigolo sur le terrain…

Certes les Eneloop ne proposent « que » 2000mAh mais elles tiennent largement la charge en utilisation intensive avec des flashs Yongnuo par exemple. Pour information, je fais en général 2 shootings avec un seul jeu de 4 piles Eneloop, déclenchant alors au moins 700 éclairs avec un Yongnuo réglé à mi-puissance. Depuis 2009 j’ai toutes mes piles Eneloop et aucune ne démontre des signes de faiblesse. Sanyo garantit jusqu’à 1800 cycles de décharge/recharge et une utilisation en conditions extrêmes (-20 degrés).

Vous pouvez tester avec d’autres marques, d’ailleurs je serais intéressé qu’on me propose des alternatives réelles aux Eneloop.

Fiche technique

  • jusqu’à 80% de charge après 3 années de stockage (70% après 5 années)
  • 2000mAh
  • 1.2V
  • Ni-MH Rechargeable

Personnellement, je trouve qu’elles chauffent peu et délivrent de l’énergie de manière continue. Pour faire simple, quand les Eneloop sont déchargées c’est qu’elles sont vraiment vides. J’ai eu des surprises avec d’autres piles : mes flashs s’éteignaient car les piles étaient vraisemblablement vides, et au bout de 2mn l’énergie revenait et ça repartait. Super !…

Continue Reading

[PRESENTATION] Paul C. Buff – AlienBees B1600 & Vagabond Mini

On m’avait longtemps parlé de ces fameux « AlienBees », du fabricant Paul C. Buff basé à Nashville aux USA. Jusqu’à présent je me contentais de la puissance que me procuraient mes très utiles flashs Yongnuo YN560 jusqu’au moment où en effet, le soleil reste vainqueur.

Durant mes heures de recherche, j’étais tombé sur des solutions complètement inutiles et farfelues comme par exemple les têtes permettant d’y fixer 3 flashs cobra derrière un parapluie ou encore la Softbox qui va bien avec ce genre de tête mais empêchant ainsi tout contrôle sur mes flashs manuels… Bref, de la bidouille en soi, made in China.

C’est alors que mon partenaire Lolo m’a suggéré de prendre pour de bon cette fois du matériel AlienBees. Merwen en parlait depuis des années, j’avais pu en utiliser jusqu’ici mais sans y prêter grande attention. Un petit tour sur leur site aux US, un tour sur leur store en Angleterre (zone Europe), et hop retour sur le store US. Quelle honte d’afficher de tels prix sur le store anglais ! Souci : le store US ne livre pas en Europe, évidemment. Je vous épargne mes péripéties pour faire rapatrier le matériel en France, entre le lieu de réception aux US, les étiquettes UPS, la douane (aïe), la réception, la casse dans les colis, une 2nde facture après coup 3 mois après… bref !

Continue Reading

Critères de choix d’un objectif photo

Ces derniers temps pas mal de personnes me sollicitent afin de les éclairer dans leur choix d’un objectif photo. Lorsque l’on achète un appareil photo reflex, il vaut mieux choisir une optique en particulier lorsque le boitier est vendu « nu ». Pour le néophyte ou le photographe occasionnel, acheter un reflex « en kit » (boitier + objectif) peut s’avérer le plus judicieux. Mais si on s’intéresse un peu plus aux objectifs, sur quels critères devrait-on s’appuyer afin de choisir son optique ?

Pourquoi choisir une optique

Les objectifs « imposés » lors d’un achat en kit ne correspondent pas toujours à notre utilisation. Certains veulent faire de la photo sportive, d’autres du studio, de la photo de concert ou de nuit, alors que beaucoup souhaitent simplement améliorer leur rendu. Le choix d’une optique est très important car vous aurez beau avoir un excellent boitier reflex, si l’objectif est de piètre qualité vous serez toujours frustré du rendu qu’a votre voisin avec son boitier d’entrée de gamme sur lequel il aura monté un super objectif… J’ai expérimenté moi-même de nombreuses optiques sur de nombreux boitiers différents et j’insiste sur le fait qu’il ne faut surtout pas négliger les objectifs. J’irai même jusqu’à dire qu’il faut d’abord choisir son optique, puis le boitier.

Quel objectif choisir

Il faut déjà se poser LA bonne question : quel genre de photo je souhaite faire ?

Avant toute chose, je vous invite à vous remémorer quelques bases techniques comme l’ouverture du diaphragme, la focale.

Nikon AF-S VR 70-200mm f/2.8 G

On choisit une optique en fonction de ce que l’on souhaite faire, son utilisation.

Quelques pistes de choix :

  • la distance de mes sujets : s’ils sont proches, prendre des focales courtes. S’ils sont éloignés, prendre des longues focales.
  • je fais des photos d’intérieur en faible luminosité, mais je souhaite éviter le flash : choisir une optique « lumineuse », ie à grande ouverture (f/2.8, f/1.8, f/1.4 voire mieux)
  • je voudrais faire des photos d’intérieur ou d’extérieur, mais je souhaite mettre en valeur mon sujet en floutant le
Continue Reading

Les ISO des boitiers numériques, encore un paramètre !

Il y a fort longtemps, j’essayais de vous expliquer l’ouverture du diaphragme et les effets que cela produit sur la profondeur de champ des photos. Aujourd’hui j’aimerais parler de la sensibilité ISO des boitiers numériques car il est clair que le progrès en terme de qualité photo s’orientera dans cette direction. Ça suffit la course aux pixels ! Qui a besoin pour ses photos personnelles plus de 6 mpx ? Vous pratiquez tous les jours des agrandissements pour

Continue Reading